Filtrer Les Produits

Frank Lloyd Wright
Etats-Unis

Frank Lloyd Wright est un architecte et concepteur américain né en 1867. Il est l’auteur de plus de quatre cents projets: musées, stations-service, tours d’habitation, hôtels, églises, ateliers, mais principalement des maisons qui ont fait sa renommée. Il est notamment le principal protagoniste du style "Prairie" et le concepteur des maisons usoniennes, petites habitations en harmonie avec l’environnement où elles sont construites. En 1991, il a été reconnu par l’Institut des architectes américains comme le plus grand architecte américain de l’histoire.

En 1893, Wright découvre l'architecture japonaise à l'exposition colombienne de Chicago. C'est le palais Katsura, reconstitution d'un temple shinto, qui l'avait le plus impressionné et qui influencera durablement son style. Wright fera par la suite quelques voyages au Japon où il obtiendra même des commandes, dont l'Hôtel impérial à Tōkyō, construit en 1923.

Les Prairie Houses
Wright perçoit les pièces d'un bâtiment comme des organes autonomes qui constituent un corps cohérent. Il pousse l'analogie avec le monde vivant jusqu'à prétendre que la construction doit représenter la croissance d'un être vivant. Cela explique la haine que Wright nourrissait vis-à-vis des grandes villes, notamment Chicago. Cette haine le poussa à ne construire que de très rares (mais notables) bâtiments dans de grandes agglomérations. Il s'intéressera davantage à des projets de maisons individuelles, construites en harmonie avec le site.
À partir de 1897 son style se révèle, avec les « maisons de la prairie » (Prairie Houses) dont sa maison d'Oak Park est un précurseur; ce sont des pavillons d’un seul tenant ou en plusieurs parties reliées entre elles, dont Wright soigne particulièrement l'intégration au paysage par le biais de l'horizontalité. Il essaie également de tenir compte des contraintes que le climat continental de la région impose, multipliant les différences de hauteur des plafonds de manière à éclairer et à ventiler les pièces. Il introduit également un enchaînement plus fluide et plus ouvert des pièces, en opposition à la structure rigide de l'architecture victorienne, tout en respectant la fonction de chacune d'elles. Ces innovations passent par l'utilisation d'une combinaison de matériaux traditionnels (la pierre pour les façades et les sols) et novateurs pour l'époque : béton, acier qui servent de support à des claire-voies, des toits débordants, des terrasses en encorbellement ou de grandes baies. Le mobilier et l'éclairage électrique sont souvent intégrés au bâtiment. Les luminaires sont camouflés par des grilles dont les jeux d'ombre rappellent ceux du soleil à travers les arbres. Il en va de même des vitraux, typiques de l'art déco, qui tamisent et colorent la lumière sans l'obscurcir.
Wright se positionne alors en rupture avec l'architecture classique européenne. Il s'intéresse à définir un style qu'il qualifie d'organique, inspiré pour une part de son maître Sullivan, et qu'il estime pouvoir devenir un fondement neuf de la culture américaine. Dans cet idéal qui ne recherche pas spécialement à imiter la nature, mais qui s'en inspire, la forme des parties de la maison doit découler de leurs fonctions, tandis que forme et fonction ne doivent faire qu'un.

En 1911, il s'installe dans le Wisconsin, où il fonde la communauté unitarienne de Spring Green. Il y construit une série de bâtiments à la fois communautaires, domestiques et agricoles sur un terrain offert par sa mère, et baptise l'ensemble Studio Taliesin, du nom du poète Taliesin dans la mythologie celtique.

En 1928 apparaît le terme « Usonie », qui désigne pour Wright l'idéal démocratique vers lequel l'Amérique doit tendre. Ce terme définit pour lui la construction de maisons individuelles en grande série et abordables.
Taliesin s'inscrivait dans cette optique d'esprit communautaire de Wright et de son enseignement. Le domaine incluait l'atelier de Wright, une ferme, des habitations, des appartements, des salles d'archives, des jardins et aménagements extérieurs, des salons de musique et de spectacle. Wright y accueillit plusieurs architectes dont Rudolf Schindler et Richard Neutra. Plus de soixante-dix projets furent créés dans cette école.

La réalisation la plus connue de Frank Lloyd Wright demeure toutefois le musée Guggenheim à New York inauguré en 1959. Sa conception unique s'articule autour d'un immense puits de lumière sur toute la hauteur de l'immeuble et d'une rampe en colimaçon. Le visiteur accède au dernier étage en ascenseur et emprunte ensuite la rampe en pente douce continue pour visiter les expositions jusqu'au rez-de-chaussée.

Il fut l'un des premiers architectes à intégrer l'aménagement intérieur dans ses réalisations : mobilier, tapis, fenêtres, vitraux, portes, tables, chaises, dispositifs d’éclairage et éléments décoratifs. Tous ces éléments sur mesure faisaient partie intégrante de la conception qu'il présentait à son client.

Toutes les réalisations de Frank Lloyd Wright disent l'allégeance de l'artiste face à la nature et sa foi profonde en l'importance des valeurs humaines ou, comme il le dit lui-même, de l'humanité. Dans son exploration du Design organique, il tente de transposer symboliquement la spiritualité de l'homme comme celle de la nature. Ni traditionnaliste, ni moderniste, Wright est d'abord et avant tout un humaniste.

Fermer

Partager à un(e) ami(e)

* Obligatoire

Fermer

AJOUTé à vos favoris !

Voir mes favoris

Fermer

Votre demande a été bien envoyée