Filtrer Les Produits

Conseils d'éclairage

Ampoules, que choisir ?

Dans le langage courant, nous employons le terme « ampoule » pour parler d’une source de lumière artificielle. Pour être tout à fait exact, nous devrions parler de lampe. L’ampoule ne correspond en réalité qu’à l’enveloppe de verre de la lampe. Quant au luminaire, il s’agit du support de la lampe.

 

Comment lire l'emballage d'une lampe ? 

  • Flux lumineux

La mesure en lumens du flux lumineux d'une ampoule permet de comparer immédiatement la quantité de lumière diffusée. Il est inutile pour cela de se référer à la puissance en watts, qui peut induire en erreur.

Voici les équivalents watts-lumens :
     - 100 W = 1300-1530 lumens
     - 75 W = 920-1060 lumens
     - 60 W = 700-810 lumens
     - 40 W = 410-470 lumens
     - 25 W = 220-250 lumens
 
 

  • Efficacité lumineuse/énergétique

L’efficacité lumineuse, exprimée en lumens par watt, indique le rendement d’une lampe. Plus l’efficacité lumineuse est grande, plus la lampe émet de lumière pour la même consommation électrique.
 
La législation européenne prévoit le retrait progressif des ampoules les moins efficaces. Nous vous conseillons toutefois de vérifier l'efficacité énergétique, car il existe encore des différences importantes selon les ampoules. À rendement lumineux égal, une ampoule fluocompacte de classe A consomme le tiers de l'électricité d'une halogène à incandescence de classe C. Vous pouvez donc faire de substantielles économies en choisissant les ampoules les plus efficaces.
 
 

  • Durée de vie

La durée de vie d'une ampoule est mesurée en heures. L'utilisation moyenne est de 1 000 heures par an, ce qui correspond à peu près à trois heures de fonctionnement par jour. Un allumage en continu abrège la durée de vie de l'ampoule. Le nombre de commutations influe également sur la longévité de certaines lampes fluocompactes. La durée de vie est de 3 000 heures pour les lampes halogènes, 15 000 heures pour les fluocompactes et jusqu’à 50 000 heures encore les ampoules LED les plus efficaces. Plus la durée de vie est longue, moins vous devrez acheter d'ampoules. Cet aspect doit être pris en compte dans la comparaison des prix. De même, une longue durée de vie permet de réduire considérablement les volumes de déchets produits.
 
 

  • Couleur de la lumière (température de couleur)

Alors que les ampoules à incandescence fournissent toujours la même couleur lumineuse («blanc chaud»), les lampes fluocompactes et les LED offrent une vaste gamme de températures de couleur. Cet aspect a son importance. Une ampoule de 2700 kelvin (blanc chaud) est idéale pour éclairer un espace de détente. Au-dessus de 4000 kelvin (blanc froid), l'ampoule est mieux adaptée à un espace de travail.
 
 

  • Nombre de fois où l'ampoule peut être allumée et éteinte

Cette information est particulièrement importante pour les lampes fluocompactes. Les lampes fluocompactes classiques (3 000 à 6 000 commutations) ne doivent pas être installées dans des endroits où elles seront souvent allumées et éteintes (en moyenne plus de trois fois par jour), comme dans les WC ou les couloirs équipés de détecteurs de mouvement, cela risquerait d'abréger leur durée de vie. Il existe cependant des lampes fluocompactes qui peuvent supporter jusqu'à un million de commutations et qui sont tout à fait adaptées à ce type d'utilisation. On trouve également des lampes pour lesquelles le nombre de commutations n'a pas d'importance (lampes halogènes à incandescence, par exemple).
 
 

  • Temps de chauffage

Cette information concerne surtout les lampes fluocompactes. Les modèles classiques mettent un plus de temps pour s'allumer et atteindre leur rendement lumineux maximum (jusqu'à 2 secondes pour l'allumage et 60 secondes pour atteindre 60 % de leur rendement lumineux). Il existe cependant des lampes fluocompactes spéciales dont le temps d'allumage est presque aussi rapide que celui d'autres types de lampes (lampes halogènes à incandescence, par exemple).
 
 

  • Variation de l'intensité lumineuse

Vous devez toujours vérifier, lorsque vous achetez des lampes fluocompactes et des LED, qu'elles fonctionnent bien avec un variateur d'intensité lumineuse classique.
Les ampoules halogènes à incandescence peuvent toujours être utilisées avec un variateur.
 
 

  • Température de fonctionnement

Les lampes fluocompactes et les LED sont plus sensibles à la température que les ampoules halogènes à incandescence. Il est important de choisir une ampoule adaptée aux températures auxquelles elle sera exposée. Pour les luminaires d'extérieur utilisés dans des zones climatiques à hiver froid, il est recommandé de choisir une ampoule résistant au gel. Dans le cas contraire, son rendement lumineux risque d'être réduit pendant les nuits d'hiver.
 
 

  • Dimensions de l'ampoule

Si vous voulez équiper un luminaire avec un nouveau type d'ampoule, vérifiez avant l'achat qu'elle s'adapte à ce luminaire.
 
 

  • Etiquette énergie

L’étiquette énergie d’une lampe donne le niveau de classification d’efficacité énergétique de A++ à E (la classe A++ correspondant aux lampes au rendement le plus optimal et E aux moins efficaces) et la consommation d’énergie annuelle en kWh pour 1000 h d’utilisation.  On appelle « lampes à économie d’énergie » les lampes dont l’efficacité énergétique est A ou B.
Pour ce qui est des luminaires, ils sont classés en fonction de la classe des lampes qu’ils peuvent accepter ou dont ils sont équipés.

 

Quelle lampe acheter ?

Conformément à la réglementation européenne, depuis le 1er septembre 2012,  les lampes les plus énergivores, à savoir les lampes classiques à incandescence, ont été retirées du marché pour être remplacées par des lampes plus économiques, plus efficaces et meilleures pour l’environnement.

Voici les lampes désormais disponibles à l’achat :
 
 

  • Les halogènes haute efficacité

Cette nouvelle génération d’ampoules halogènes est basée sur le principe de récupération de l’énergie thermique et sur l’usage du Xénon, permettant une consommation énergétique de 30% de moins que les ampoules à incandescence classiques. Elles ont une durée de vie de 3 000 heures (3 ans), soit trois fois plus que les ampoules classiques.
 
En dehors du Xénon, qui est utilisé comme gaz de remplissage, les lampes halogènes de la nouvelle génération sont dotées des mêmes douilles et ont les mêmes dimensions que les ampoules halogènes classiques. Elles se substituent ainsi parfaitement aux lampes à incandescence standard, mais ne peuvent être utilisées qu'avec des luminaires équipés d'une douille spéciale pour halogènes.
 
Les lampes halogènes produisent une belle lumière d’une température de couleur de 2 500 à 3 400 K. Le blanc chaud de leur lumière est agréable pour un salon ou une chambre. Elles peuvent être utilisées avec un variateur d'intensité.
 
Les ampoules halogènes à incandescence de classe C vont être améliorées afin de passer en classe B ou A à partir de 2016.
 
 

  • Les fluorescentes

Les lampes fluorescentes ont commencé à être commercialisées dans les années 1980. Elles sont déjà largement utilisées du fait de leur très grande efficacité énergétique et de leur longue durée de vie.
Leur efficacité lumineuse peut atteindre 105lm/W (pour les tubes fluorescents). À rendement égal, une lampe de ce type utilise entre 50 et 100 % d'énergie de moins (selon la catégorie) que les ampoules à incandescence classiques. Elles ont une durée de vie de 8 000 à 20 000 heures (soit jusqu’à 15 ans) selon le type et l'usage, contre environ 1 000 heures seulement pour les ampoules à incandescence.
Elles sont disponibles dans une large palette de puissances (allant de 5W à 120W) et dans un large choix de températures de couleur (de 2700K à 6500K).

Les risques de brûlures sont réduits car elles chauffent peu.

En revanche, elles ne conviennent pas à des allumages/extinctions fréquents (lieux de passage tels qu'une entrée, un couloir, des toilettes, etc.), qui diminuent leur durée de vie, sauf pour certaines d'entres elles prévues à cet effet.
 
On distingue deux catégories de fluorescentes :

     -   Les fluorescentes tubulaires

Le tube fluorescent est plébiscité pour l’éclairage des locaux professionnels, mais est aussi présent dans les habitations (garage, salle de bain, cuisine…).

Les tubes fluorescents se composent eux-mêmes de deux familles que l'on distingue par leur diamètre :
          -  T5 (toujours avec ballast électronique) : tube de ø16 mm avec une efficacité lumineuse élevée (supérieure ou égale à 100 lm/W) et une durée de vie qui peut atteindre 22 000h.
          -  T8 : tube de ø26 mm, sa durée de vie est de 10000h; il doit être associé à un luminaire soit à un ballast électronique, soit à un ballast ferromagnétique.
 
     -    Les fluocompactes (LFC)

Il existe deux familles distinctes de LFC :
          -  Les lampes d'intégration dont les culots sont spécifiques aux luminaires qui les reçoivent
          -  Les lampes de substitution d'un culot E14, E27 ou B22, qui remplacent les lampes incandescentes.
  
 

  • Les LED (diodes électroluminescentes)

On connaît surtout les diodes électroluminescentes pour leur utilisation comme lampes témoins dans les équipements électroniques. Toutefois, on les emploie de plus en plus pour l'éclairage domestique, secteur dans lequel elles connaissent un essor rapide.
 
En effet, leur efficacité est équivalente à celle des ampoules fluocompactes, mais elles ont une durée de vie encore plus longue (jusqu’à 50 000h, soit 25 ans). Les ampoules à LED utilisent 90 % d'énergie en moins par rapport aux ampoules à incandescence.
 
Autres avantages : elles s’allument instantanément, supportent très bien les allumages répétés et résistent aux chocs et au froid.
 
Certaines lampes LED permettent de réaliser des éclairages automatiques et dynamiques, grâce aux possibilités de variation du flux lumineux et de température de couleur.

On distingue les lampes LED, qui peuvent être intégrées dans la plupart des luminaires existants, des modules LED souvent remplaçables, qui équipent les luminaires spécifiquement conçus à cet effet.

Autres applications de l’électroluminescence, les OLED (organic LED). Comme les LED, leur lumière provient du rayonnement de matériaux semi-conducteurs (cristaux dans le cas des LED, chaînes carbonées pour les OLED). Elles permettent de créer des sources très fines et très étendues, et aussi de produire des luminaires souples. En revanche, elles ne suffisent pas encore pour réaliser un éclairage général mais offrent des solutions intéressantes pour l'éclairage décoratif, le balisage et la signalétique. De même, leur efficacité est encore limitée (environ 20 lm/W), le prix reste élevé et la fiabilité à améliorer mais les OLED sont à suivre de près !

Pour en savoir plus, voir notre article « Vous avez dit LED ? ».

Halogène, fluo, LED… Chaque type de source a ses propres caractéristiques (efficacité lumineuse, durée de vie, température de couleur, variation de lumière…), qu’il convient de prendre en compte pour choisir la lampe la plus adapté à ses besoins.  
 
Avec la hausse des prix des énergies fossiles, l’éclairage, qui représente 9 % de la consommation d'électricité au sein d'un logement (Source R&D EDF), devient un poste à maitriser.
En optant pour des lampes plus performantes et économes (basse consommation ou LED), il est désormais possible de réduire significativement sa facture d’électricité.
 
Si vous souhaitez remplacer vos lampes actuelles par des lampes moins énergivores, pensez à tenir compte de vos luminaires, des culots et des points de commande. 
Pour toute question, n’hésitez pas à contacter nos boutiques Astéri. 
 

Fermer

Partager à un(e) ami(e)

* Obligatoire

Fermer

AJOUTé à vos favoris !

Voir mes favoris

Fermer

Votre demande a été bien envoyée